Aix-la-Chapelle, les USA au forceps !

17 septembre 2021Auteur : Julien Counet

JO, championnat d'Europe et Aix-la-Chapelle, le triptyque aura laissé quelques jeunes pousses prendre leur chance sur de gros évènements... Certains l'ont saisie, d'autres pas mais Aix la Chapelle reste un lieu à part où l'on écrit l'Histoire.

C’était l'un des grands points d’interrogation mais Aix-la-Chapelle a bien lieu ! Les organisateurs avaient par contre limité la capacité de leur stade mythique à 50% qui donnait une ambiance beaucoup plus feutrée qu’à l’accoutumée. Aix-la-Chapelle reste néanmoins unique et ces circonstances ne font que d’augmenter cette expérience incomparable avec aucun autre évènement.

De plus, Aix la Chapelle aura une nouvelle fois innové à contrecourant. En pleine crise de l’évènementiel, le CHIO a augmenté la dotation de la coupe des nations qui est passée à 1 000 000 d’euros ! 900 000 pour l’épreuve en elle-même et 100 000 euros à se partager entre les double sans-faute : chapeau !

Mais la magie d’Aix-la-Chapelle, ce sont aussi ses rebondissements et ça, il y en aura eu ! L’Allemagne était lancée sur une voie royale par le numéro un mondial Daniel Deusser qui avait signé le sans-faute avec Killer Queen … mais stupeur un peu plus tard, Marcus Ehning ne rentrera pas en piste ! L’extraterrestre qui devait s’élancer avec A la Carte a chuté au paddock. Sa monture se porte bien et le cavalier aussi bien qu'il ait été sonné. Il ne prendra finalement pas part à l’épreuve : l’Allemagne est à trois devant son public. « A la seconde où Marcus est tombé, il y avait un médecin à ses côtés. La prise en charge a été très rapide et il va bien. Il est possible qu’il soit un peu plus raide en se levant demain matin… nous verrons bien. Il a de l’expérience, il décidera avec les médecins si il montera dans les jours à venir ou pas (Marcus a finalement décidé de ne pas monter le reste du week-end, ndlr). A la Carte a aussi été pris en charge directement par les vétérinaires et les grooms, il va très bien lui aussi » réagira Otto Becker qui ne s’attendait pas à vivre une soirée aussi mouvementée. « Nous aurons vécu des hauts et des bas ce jeudi soir. C’était la première fois cette année que Christian Ahlmann faisait partie de l’équipe, j’ai trouvé que Clintrexo sautait encore mieux lors du second tour mais c’est un étalon très sensible et il a été perturbé par les hennissements de Balou du Reventon qui se trouvait à l’entrée. Cela fait partie du sport, nous ne nous plaignons aucunement de cela, nous essaierons de faire mieux la prochaine fois. » Même à trois, l’Allemagne avait pourtant fait rêver ses supporters mais les deux derniers candidats avec 8 et 12 points auront fait rétrograder le pays hôte à la sixième place du classement.

Comme toujours dans une Coupe des nations de ce niveau, seul les sans-faute comptent et permettent de rester aux avants postes. La Belgique qui pouvait faire office de grande favorite en alignant ses quatre cavaliers olympiques avec trois de leurs montures de tête pouvait faire office d’épouvantail mais Niels Bruynseels et la sœur d’Emerald et Diamanthina van’t Ruytershof, Illusionata van het Meulenhof (Lord Z) sort de chacune des manches avec 4 points alors que Pieter Devos passe à côté de sa soirée avec Claire Z avec deux fautes à chaque tour. Lors de la première manche, Jérôme Guery et Gregory Wathelet sauvent les meubles avec deux tours sans-faute… mais lors de la seconde manche Quel Homme de Hus (Quidam de Revel) ne peut éviter une faute. Dernier belge à s’élancer, Grégory Wathelet peut encore accrocher un podium mais pour cela, le sans-faute est obligatoire. Nevados S (Calvados Z) tient la pression jusqu’au dernier obstacle qui tombe et fait basculer la Belgique à la 4ème place !

Devant, la France est revenue de nulle part, pointant à la sixième place après la première manche et semblant moribonde après l’énorme désillusion de Laurent Goffinet qui faisait enfin son retour à Aix la Chapelle. Malheureusement, l’entrée du triple ne se sera pas passé comme prévu et Atome des Etisses (Mylord Carthago) n’a pas voulu revenir vers ce triple laissant la France à trois. Pourtant, on oublie vite qu’une seule barre la séparait des trois équipes devant elle. Si Kevin Staut a dû se contenter d’un double parcours à 4 pis avec Visconti de Telman (Toulon), Marc Dilasser a fait bien plus que sauver les meubles. Très régulier, le Normand n’a pas toujours eu la chance de s’exprimer au plus haut niveau mais en signant l’un des cinq sans-faute de l’épreuve, il prouve ici que l’on peut bel et bien compter sur lui avec Arioto (Diamant de Sémilly). Il ne restait plus qu’à Nicolas Delmotte se sceller le score. Le Nordiste le fera de la plus belle des manières avec pourtant une pression maximum sur ses épaules car quoi qu’il arrive : son score compte mais lui aussi aligne le sans-faute qui fait remonter la France vers un podium inespéré !

Inespéré, c’est aussi le cas de la performance suédoise. En regardant la liste des partants, on pouvait penser que cette fois, l’équipe d’Henrik Ankarcona était un oiseau pour le chat ! Mais le jeune chef d’équipe sait transcender ses troupes et depuis son entrée en fonction, il impressionne. Il a su mobiliser un très grand nombre de cavaliers à qui il ose donner sa chance. Privé de toutes ses stars olympiques et européennes, les scandinaves sont arrivés avec une équipe très peu expérimentée mais ils ont encore une fois impressionné. Deux semaines seulement après leurs débuts en Grand Prix 5*, Petronella Andersson a montré tout le potentiel de son Castres vd Begijnakker (Coriano Z) dont le manque d’expérience s’est fait ressentir malgré un résultat honorable de 8 et 4 points. Annika Axelsson aurait pu ne pas être en confiance avec une mauvaise expérience deux jours plus tôt lors de la prise de connaissance du terrain par Cleo Z (Clintissimo Z) mais le couple s’en sortira quand même avec un double 4 points. Mais devant, il y a deux métronomes ! Jens Fredricson n’est autre que le grand frère de Peder Fredricson et lui aussi a évolué au plus haut niveau, représentant la Suède lors des Jeux Olympiques de 2012. Il signe ici le double sans-faute avec son inexpérimenté Markan Cosmopolit (Cohiba) et il sera imitée par celle que l’on va finir par surnommer madame Aix : Angelie von Essen, tout sourire à la sortie de son second tour sans-faute ! Membre de l’équipe victorieuse en 2019 avec Luikan Q totalement inconnu à l’époque, elle revient avec Alcapone des Carmille (Diamant de Sémilly), acquis il y a un an et demi chez Henk Nooren. Surpuissant, le Selle Français a impressionné et la Suédoise aura une nouvelle fois montré sa capacité à dénicher de bons chevaux et à les former.

Henrik Ankarcona ne pouvait que se montrer fier de ses troupes : « Honnêtement, je n’ai pas de formule magique mais je pense avoir mis un système en place où l’on permet à de nombreux couples de faire leur preuve à haut niveau sans les bruler si ça ne va pas la première fois. Ils savent que s’ils manquent leurs débuts à haut niveau, ils recevront une autre chance plus tard. Je pense aussi que mon rôle et celui de mon staff est de faire tout ce que l’on peut pour que le cavalier soit dans les conditions optimales pour son épreuve. Une fois en piste, il doit se débrouiller seul, nous ne pouvons plus rien pour lui. Il y a quatre semaines, nous avons décidé que les chevaux olympiques ne sauteraient pas ici. Oui, ils sautent à Rome … mais soyons honnête, Rome et Aix-la-Chapelle sont incomparables. Durant cette saison, Jens m’a dit plusieurs fois qu’il était prêt mais je trouvais que le cheval avait encore besoin de prendre de l’expérience, il a continué à évoluer sur des 3*… puis ici, quand une ouverture s’est fait, j’ai appelé Jens, je lui ai demandé : « tu es prêt ? », il m’a répondu de suite « oui, je suis prêt » et voilà le résultat. Cela fait évidemment vraiment plaisir. Maintenant, je suis réaliste aussi, il y a toujours des hauts et des bas et à chaque parcours sans faute, vous vous rapprochez d’un parcours à quatre points, cela fait partie du sport mais nous vivons de beaux moments. »

Devant, les USA ont résisté. Pourtant jusqu’au dernier partant, les choses n’étaient pas cousues de fil blanc. Au moment où l’inamovible Laura Kraut s’élance, les choses sont très simple : sans-faute les USA gagne, une barre il y a barrage entre les USA et la Suède -un petit remake de Tokyo que l’amazone préfère éviter- et deux fautes, la Suède s’impose. Lors du premier tour, l’Américaine aura vécu une entrée de triple compliquée où Baloutinue (Balou du Rouet) a préféré remettre une foulée. Mais cette fois, le couple fait un parcours somptueux : la victoire revient seize ans plus tard (et Laura Kraut faisait partie de l'équipe !). Cette fois-ci, elle était accompagnée de trois rookies qui découvraient Aix la Chapelle ! « Lors de notre quarantaine, avant notre départ à Tokyo, nous avions échafaudé ce plan d’équipe et je leur avais dit qu’une victoire était possible », confiait Laura.  Membre de l’équipe médaillée d’argent aux Jeux, Jessica Springsteen n’en finit plus d’accumuler les succès. Après avoir lancé le compteur des sans-faute de son équipe lors du premier tour, Jessica et Don Juan vd Donkoeve (Bamako de Muze), le petit fils de la jument de Grand Prix Utopia vd Donkhoeve qui avait sauté elle aussi sur cette piste, ont dû se contenter de deux fautes lors du second tour. Derrière, Lucy Deslauriers n’aura pu éviter une faute après son premier tour sans pénalité sur Hester (Wandor vd Mispelaer) alors que le jeune Brian Moggre réussit un double sans-faute remarquable avec un Balou du Reventon (Cornet Obolensky) bondissant et plus explosif que jamais à la plus grande joie de son jeune cavalier.

Les résultats complets

AuteurJulien Counet