Aix : Et à la fin, c'est la Hollande qui gagne !

21 August 2015

EK Aix la Chapelle
Coupe des nations - manche 2 Le soleil était bien présent sur le stade d'Aix la Chapelle pour une belle soirée de sport qui débute par une victoire belge … mais en attelage. Les jeunes ayant toujours un peu de mal à prendre la succession de leurs ainés, c'est une fois de plus Félix Brasseur qui s'impose en maniabilité après avoir pris la septième place en dressage suite à quelques ennuis techniques. L'ancien champion du monde occupe désormais la 4 ème place au provisoire.

13 individuels s'élancent dans un premier temps en ouverture d'épreuve … mais pour beaucoup d'entre eux, il s'agira avant tout d'un dernier baroud d'honneur.

On se rend vite compte que Frank Rothenberger a bel et bien construit un parcours redoutable pour tenter de faire remonter l'Allemagne à la première place du classement avec une terrible ligne : palanque très légère en 4 suivie d'un triple spa – vertical – oxer, mur, rivière placée dans l'ancienne fosse sans oublier la présence du double de bidet, même si ces derniers n'auront finalement pas fait autant de fautes que l'on aurait pu le penser. Par contre, le soleil couchant aura joué un rôle important avec un jeu d'ombre qui aura surpris plus d'un cheval.

Si certains ont confirmé qu'ils n'avaient pas le niveau qu'ils auraient souhaité, d'autres ont continué à surprendre à l'image de la cavalière Israélienne Danielle Goldstein et de sa fantastique Carisma (Cardento) qui avait permis à Olivier Philippaerts de remporter son premier titre lors des championnats d'Europe junior en 2010 à Jardy. Grégory Wathelet est le dernier des individuels à s'élancer et croise la mine déconfite de l'Italien Daniele Austo Da Rios qui a littéralement explosé avec 17 points sur For Passion (For Pleasure), pourtant sans-faute la veille : il va y avoir des rebondissements. Le numéro un belge ne rompt pas mais perd son invincibilité. Il a eu beaucoup aller montrer ce triple avant de s'élancer, Conrad de Hus (Con Air) n'aura pas pu éviter la faute sur l'élément central du triple. Dommage.

Une petite demi-heure de pause avec la présentation des équipes … et le sport peut reprendre ses droits.

Les choses débutent moins bien pour les Suédois avec une faute sur la sortie du triple pour Douglas Lindelow avec Casello (Casall).

Bertram Allen ne peut cette fois pas éviter la faute sur cette palanque si fragile avec Molly Malone (Kannan). Ce n'est néanmoins rien par rapport à la désillusion du Suédois Soren Pedersen fautif dès l'obstacle 3, il doit faire face à un refus catégorique de Tailormade Chaloubet (Chacco Blue) sur le mur qu'il refuse d'approcher : élimination ! Les choses débutent très mal pour le Danemark qui ne parviendra pas à surmonter cet échec car si cette fois, Thomas Sandgaard réussit à éviter une catastrophe, Rikke Haastrup ne tiendra pas la distance et seul Christian Schou limitera la casse avec une seule faute mais c'est la 10 ème place qui attendra néanmoins son équipe. L'Espagne va-t-elle également plier ? Manuel Fernandez Saro tient le bon bout et ne lachera rien à Enriques of Lowland (Diamant de Sémilly) n'évitant néanmoins pas une faute sur la sortie du triple et le dernier obstacle : 8 points ! On pense que cette course va être rude car les fautes s'enchainent mais Romain Duguet arrête l'hémorragie avec un très joli sans-faute, le premier double sans-faute de cette coupe des nations avec Quorida de Treho (Kannan). La Suisse va-t-elle continuer son incroyable remontée ? Trop tôt pour le dire car derrière, les sans-faute s'enchainent : pas moins de cinq à la suite ! Leader en individuel et par équipe, Pénélope Leprévost loupe cette fois le coche avec une faute de Flora de Mariposa (For Pleasure) sur cette palanque délicate. La Suède explose : Malin Bayard sort de piste avec 17 points sur Tornesch (Lux Z) et ses coéquipiers ne relèveront pas la tête avec 9 points pour Helena Person sur Bonzai H (Baloubet du Rouet) puis douze pour Henrik von Eckermann sur Cantinero (Cento). La course aux places Olympiques ressemble de plus en plus à une course par élimination et celui qui craquera aura perdu. Pour l'Irlande Greg Broderick ne peut éviter deux fautes avec MHS Going Global (Quidam Junior). Pilar Cordon ne lâche rien et malgré une faute sur l'oxer 8, elle continue avec Gribouille du Lys (Quaprice Bois Margot) et sort de piste avec 4 points ! Martin Fuchs lui manque le coche avec deux fautes coup sur coup et un point de dépassement de temps, la Suisse n'a plus de joker. Que dire de René Tebbel ! Alors que l'Ukraine a été bien lancée par le nouveau sans-faute de Cassio Rivetti, l'ancien allemand voit Cooper ralentir dès l'entrée du triple sautant le deuxième élément au ralenti : impossible de sortir, il est obligé de revenir et resauter les éléments, il y a onze points de pénalité. Le joker est parti mais la médaille s'envole lorsque Ferenc Szentirmai ne pourra éviter trois fautes de Chaccland (Chacco Blue) alors que Katharina Offel limitera la casse avec deux fautes de Zipper (Apple Juice) mais l'Ukraine dégringole à la 8 ème place. Après une première manche décevante, Jessica Mendoza réagit et signe un très joli tour ne commettant aucune faute sur les obstacles mais bien à la rivière avec Spirit T (Tornado), 4 points. Christian Ahlmann lui ne commet aucune faute avec Taloubet Z (Galoubet A) signant un parcours magnifique. Il en faut néanmoins plus pour ébranler la famille orange, Maikel van der Vleuten répond directement avec un sans-faute de VDL Groep Verdi (Quidam de Revel). Simon Delestre est au pied du mur, il doit aussi aligner le sans-faute ou la France risque de perdre le contact avec les meilleurs mais le lorrain ne peut éviter une faute sur la sortie du triple avec Ryan des Hayettes (Hugo Gesmeray). La France passe derrière. Cian O'Connor est concentré mais le public s'amuse de voir un homme de piste quelque peu inattentif se jeter dans les fleurs pour ne pas gêner le cavalier irlandais qui faute sur l'obstacle suivant avec Good Luck (Canturo). L'Irlande dépose d'ailleurs réclamation estimant avoir été gênée mais le jury n'acceptera pas la réclamation, il y a bel et bien 4 points. Le mano à mano pour la qualification continue entre l'Irlande et l'Espagne puisqu'Eduardo Alvarez Aznar réussit un joli parcours sanctionné néanmoins d'une faute sur le vertical Rolex et un point de dépassement de temps ! Janika Sprunger maintient la Suisse dans la course Olympique avec un parcours magnifique de Bonne Chance CW (Baloubet du Rouet) qui n'aura néanmoins pas pu éviter une faute sur la sortie du triple. Même faute pour Joe Clee avec Utamaro d'Ecaussines (Diamant de Sémilly) alors que les ombres intriguent les chevaux aux abords de ce triple très massif. Personne n'y échappera, pas même Ludger Beerbaum avec Chiara (Contender) qui fautera quant à lui sur l'élément central. Jur Vrieling soigne son tracé et jubile : il est sans-faute mais le marquoir indique un point de temps : ce n'est pas encore gagné ! Les Hollandais sont néanmoins d'ores et déjà assurés de l'argent avec un Zirocco Blue VDL (ex Qamikase des Forets par Mr Blue) impérial. La France attend toujours son premier sans-faute de la journée … mais Jérôme Hurel ne pourra pas leur apporter avec une faute sur cette petite palanque avant de doubler la mise sur la sortie du double de bidet alors qu'il faudra encore ajouter un point de temps dépassé. 9 points, le score est sévère, les rêves de victoire s'envolent. C'est l'heure d'entamer le dernier round des cavaliers et les gagnants de la course Olympique ne changeront plus … Denis Lynch sort un magnifique sans faute avec All Star (Argentinus) mais ses concurrents aussi. Sergio Alvarez Moya ne craque pas, sort le sans-faute, qualifie l'Espagne pour les Jeux Olympiques pour moins de 4 dixièmes de points devant l'Irlande … et s'installe en tête du classement provisoire individuel ! La pression est désormais sur la Suisse qui ne peut pas se permettre plus d'une faute pour ne pas voir son rêve Olympique s'envoler. Paul Estermann prend son nouveau rôle de leader de l'équipe suisse à cœur et ne déçoit pas en signant un sans-faute impérial avec Castlefield Eclipse (Obos Quality), la Suisse tient sa qualification pour les Jeux Olympiques. Sa qualification la Grande Bretagne la tient d'ores et déjà mais une médaille est toujours à portée de vue. Michael Whitaker entre en scène avec Cassionato (Cassini I) et semble tenir le bon bout … jusqu'à ce que la barre du second élément du double de bidets ne chute … suivie directement de l'oxer Mercedes placé en dernier position, auxquels il faudra encore ajouter un point de temps : son score ne comptera pas, la Suisse passe devant la Grande Bretagne ! « Aujourd'hui, le principal, c'était la qualification pour les Jeux Olympiques et je suis heureux que nous y soyons parvenu. Je suis triste que nous ayons dû nous aligner ici sans Scott Brash.C'est la première fois que le numéro un mondial et le numéro un d'un pays refuse de participer à un championnat d'Europe. Je ne suis pas en colère mais cela me rend triste d'autant qu'avec lui, je suis persuadé que nous aurions remporté une médaille. Maintenant, je dois être très content de la prestation de mon cheval malgré aujourd'hui car c'est un cheval très vert qui a beaucoup appris cette saison et qui sera prêt pour les Jeux Olympiques l'an prochain. » expliquera Michael Whitaker. Daniel Deusser entre en piste avec une pression maximale. Devant son public, le cavalier des écuries Stephex n'a aucune autre alternative que de réaliser un sans-faute pour mettre la pression sur Gerco Schroder, tout autre cas offrirait la victoire aux Hollandais ! Cornet d'Amour (Cornet Obolensky) débute bien mais ne peut éviter la faute sur l'oxer 8, c'est fini, l'Allemagne est en argent ! Sur l'ensemble des deux manches, les Pays-Bas ont juste concédé un point de temps dépassé, rien de plus ! Gerco Schroder entre néanmoins en piste pour jouer sa carte individuelle au moment où il apprend que lui et son équipe viennent de réaliser une incroyable performance avec deux nouveaux chevaux au sein de leur équipe, les Oranges remportent un titre européen après le titre mondial acquis l'an dernier et une médaille d'argent olympique deux ans auparavant. Les Hommes de Rob Ehrens réalisent un incroyable exploit … mais il est bien difficile de réussir à se reconcentrer après cela et Gerco Schroder ne peut éviter trois fautes. C'est dès lors à Kevin Staut d'entrer en piste devant un public bien dissipé pour tenter de venir sauver les meubles de l'équipe de France. Pour conserver le bronze, Kevin Staut a une barre de marge mais rien de plus. Un joker qui s'envolera dès le troisième obstacle pour Rêveur de Hurtebise (Kashmir van't Schuttershof) qui doublera la mise dès l'obstacle suivant avant de terminer son tour sans autre embuche. Le pompier de l'équipe de France a cette fois été entrainé dans la mauvaise spirale de la journée et la France dégringole à la 5 ème place offrant une incroyable médaille de bronze à la Suisse qui aura su croire en sa chance malgré une mauvaise chasse le premier jour. « Je ne pense pas qu'il y a vraiment une formule magique mais je pense que dans notre petit pays, nous pouvons travailler formidablement bien ensemble. Cela me prend quelques minutes à peine pour appeler les cavaliers et organiser la saison de coupe des nations ou un championnat. C'est un honneur pour moi de pouvoir travailler avec quatre cavaliers aussi remarquables et des chevaux aussi fantastiques mais également un tas de gens derrière eux tout aussi incroyables que ce soit les propriétaires, la fédération et bien d'autres. Cela me rend la vie facile. Pour le moment, tout va bien d'autant que nous avons également d'autres cavaliers qui frappent à la porte de l'équipe et qui ont dû rester à la maison sans oublier notre réserviste, Léopold van Asten dont VDL Groep Zidane était également en grande forme. » réagira Rob Ehrens.

  Le champion du monde en titre, troisième au classement provisoire individuel, Jeroen Dubbeldam « Le rôle des quatre cavaliers est important et tous les tours sont importants mais c'est certain que le rôle d'ouvreur donne le ton, transmet l'esprit et l'inspiration à vos coéquipiers. C'était un parcours très dur aujourd'hui mais lorsque je suis passé, les cavaliers qui étaient avant moi ont tous signé le sans-faute, cela a donc augmenté la pression car je savais que si je faisais une faute, cela nous emmènerait loin derrière. C'était un tour avec beaucoup de pression, je l'ai senti, mais mon cheval m'a donné un sentiment incroyable. Il a sauté depuis le premier jour de manière incroyable et il est toujours très frais. Il m'a donné beaucoup de confiance pour signer le sans-faute et transm! ettre l'esprit à mes coéquipiers. Maintenant, nous allons profiter de cette victoire pour passer une bonne soirée avant de sortir nos chevaux demain matin en espérant que tout le monde va bien car, même si je n'ai pas de crainte à ce niveau, tout peut changer très vite alors il faut profiter du moment présent. »

Jur Vrieling tentera bien de s'amuser de son point de temps mais la rage de victoire des Hollandais était bel et bien présente : « Je pense que j'ai surtout voulu aider Gerco car on sait qu'il n'est jamais aussi bon que quand il a la pression sur les épaules (rires). Sincèrement, j'étais très heureux car je pensais être sans-faute puis j'ai vu ce point de temps sur le tableau et j'ai entendu en sortant de piste que l'Allemagne pouvait encore gagner alors j'ai juste voulu m'isoler et être un peu seul mais Maikel m'a dit « Écoutes, on a l'argent de toute façon et la pression est désormais sur Daniel » et, je suis vraiment désolé pour Daniel car il a monté un magnifique parcours mais s'il n'avait pas fait une faute, je m'en serais voulu le reste de ma vie. » !

Deuxième, Ludger Beerbaum temporisera : « En fait, c'est assez incroyable à quel point les scores peuvent être serrés et à quel point un point de temps peut changer les choses et nous a permis de nous dire que ce n'était pas fini et que ce point allait peut-être nous permettre de gagner… même si cela n'a pas été le cas. Il faut réussir à rester concentrer sur son objectif et ne pas se déconcentrer sur quoi que ce soit au paddock ou autre. Toute la clé est là.»

Otto Becker résumera la chose très simplement : « Nous sommes un peu déçus aujourd'hui mais une seconde place est néanmoins un beau résultat. En fait, nous souhaiterions que la FEI nous permette d'organiser encore beaucoup de championnats à Aix la Chapelle … mais sans les Hollandais ! »

Véritable surprise du jour saluée par tous, la médaille de bronze remportée au forceps par l'équipe Suisse.

« J'étais heureux de notre qualification pour les Jeux Olympiques, pour moi, le travail était accompli aujourd'hui … jusqu'à ce que Martin Fuchs me dise que nous avions toujours une chance de médaille. » expliquera Andy Gisler.

Le jeune mousquetaire de l'équipe n'avait certainement pas imaginé de tels débuts en équipe senior mais n'oublie pas d'où il vient « Cela ne s'était pas trop bien passé pour nous le premier jour mais nos chevaux avaient bien sauté alors nous sommes restés optimistes. Notre chef d'équipe a su nous motiver et nous mettant un peu de pression tout en nous gardant cool. Nous avons également eu beaucoup de chance d'avoir pu compter sur Steve Guerdat à nos côtés pendant deux jours qui n'a cessé de nous encourager, qui était avec nous pour reconnaître la piste, aux détentes au paddock. Il ne pouvait pas concourir avec nous mais nous voulions vraiment nous battre pour lui pour qu'il puisse défendre son titre à Rio l'an prochain. Mercredi, il nous a dit de monter la première manche comme si c'était une finale et il nous a ensuite dit de faire pareil aujourd'hui. C'était vraiment un point positif qu'il soit là à nos côtés ! » expliquera Martin Fuchs.

Sourire aux lèvres mais toujours concentré sur son objectif avec une 4 ème place provisoire au classement individuel, Romain Duguet savourait néanmoins le moment. « Pour moi, c'est mon premier championnat senior mais c'est aussi ma toute première médaille car que ce soit en poney ou chez les jeunes, je n'en ai jamais remportée, c'est un beau moment. »

La joie était évidemment également présente chez Janika Sprunger : « Nous avons dû faire sans nos deux meilleurs cavaliers que sont Steve Guerdat et Pius Schwizer. Steve s'est entrainé avec nous mais quand il a appris qu'il ne pouvait pas courir, il est quand même resté et il nous a accompagnés. Cela montre son charisme et son esprit d'équipe. C'est le premier à nous avoir appelés aujourd'hui et à être fier de nous. L'esprit d'équipe est vraiment très bon. C'est certain que si on compare aux équipes hollandaises ou allemandes, nous sommes vraiment une équipe jeune avec beaucoup moins d'expérience alors cette troisième place est vraiment une victoire. Cela fait trois ans que je monte cette jument et je savais qu'elle avait tout mais je n'espérai! s pas que cela aille aussi vite, elle m'a vraiment surprise durant la saison extérieure car c'est vraiment comme un bouton de fleur qui s'est ouvert en disant « je peux le faire ». Elle est incroyable : c'est sa première expérience à Aix, elle n'a fait que quelques parcours sur 1m60 et elle n'est pas aussi expérimentée que le cheval de Martin qui avait déjà fait pas mal de choses à 8 ans alors je suis vraiment fière d'elle, nous formons une bonne équipe et le plus important c'est que maintenant, j'ai un cheval incroyable mais nous avons un très grand but avec les Jeux Olympiques l'an prochain ! »