FR

Saut Hermes 2016.

22 Mars 2016

Saut Hermes 2016 Le ciel n'aura pas permis à la grande verrière de s'illuminer cette année laissant le Grand Palais dans un froid que l'on avait pas encore connu pour cette 7 ème édition. 39 candidats se sont élancés dans le Grand Prix qui aura bien réservé quelques surprises, dont Simon Delestre qui montait pour la première fois avec son brassard de numéro un mondial devant son public mais qui n'aura pu éviter deux fautes dans le Grand Prix. Ce ne sont pas moins de 16 cavaliers qui se sont qualifiés pour le barrage sur un tracé de Frank Rothenberger. Du coup, quatre d'entre eux seront repartis non-classés. Il ne fallait donc pas se louper dans ce barrage. Maikel Van Der Vleuten est le premier à s'élancer avec VDL Groep Arera C (Indoctro) mais ils ne peuvent éviter la faute sur le vertical orange placé en avant-dernière position. Martin Fuchs réussit un très beau tour avec Clooney (Cornet Obolensky) mais perd un peu de temps sur le deuxième virage. C'est sans faute en 42''31. « Clooney a eu six semaines de repos et c'est vraiment de bon augure de le retrouver directement en pleine possession de ses moyens. Cela fait vraiment plaisir. Nous allons désormais faire un ou deux concours où il ne sautera que des épreuves 140, 145 avant de nous rendre à La Baule. » réagira le Suisse. Christian Ahlmann lui ne perd pas de temps. Il attaque sec et réalise un magnifique barrage avec Epleasure van't Heike (For Pleasure). Le fils de l'ancienne crack de Jos Lansink, Valentina van't Heike, a toujours son style particulier mais devient de plus en plus consistant. Double sans-faute en 39''47, le réservoir de chevaux de Grand Prix de l'Allemand est vraiment impressionnant.

Michael Whitaker ne débute pas au mieux son barrage avec Viking (Jacomar) avant de commettre une belle faute sur le mur … le tout en 44''95.

Bassem Hassan  Mohammed tente sa chance avec l'impressionnant The Toy Maker (Casall) mais ils ne peuvent éviter une faute sur l'entrée de l'avant dernière ligne.

Emmanuel Gaudiano débute on ne peut plus mal son barrage avec une faute sur le premier obstacle bouclant le reste du tour en roue libre avec Caspar (Casper) alors que son ancienne monture Admara était également présente sous la selle de Carlos Lopez avec une faute à la clé au premier tour. Hans Dieter Dreher attaque fort avec Cool And Easy (Contender). Cela va vite mais la faute arrive sur cet avant dernier obstacle : 38''85, c'était plus rapide mais il y a 4 points. Henrik von Eckermann débute très bien avec Yajamila (Lux Z) mais ne peut éviter une faute avant de perdre ses étriers et de doubler la mise. Marcus Ehning a déjà remporté ce prix Hermes à deux reprises avec Sabrina et Cornado, il s'élance cette fois avec Prêt à Tout (Hiram Chambertin). C'est très beau et c'est sans faute mais 39''90, c'est la seconde place provisoire. Déchu de son poste de numéro un mondial qu'il a occupé durant 26 mois après avoir préféré se concentrer sur le retour de chevaux revenant de blessures, Scott Brash est de retour aux affaires et après avoir laissé son siège un mois à Daniel Deusser, le Britannique pourrait ne pas le laisser très longtemps au Français non plus. Hello Forever (For Pleasure) a un style bien atypique mais c'est efficace : sans faute en 38''78, nouveau leader ! L'Américain Jack Towel attaque d'emblée avec Lucifer V (Lord Pezi) mais la faute arrive dès le deuxième obstacle. Ce n'est pas le jour des Qataris qui avaient pourtant bouclé un premier tour exemplaire. Sheikh Ali Bin Khalid  Al Thani ne pouvant éviter la faute sur l'ultime obstacle du barrage avec Vienna Olympic (Cassini I) malgré un temps qui n'inquiétait pas les leaders, 42''50. Seule et unique chance française de ce barrage, Pénélope Leprévost avait tenu pas mal de passionnés des sports équestres éveillés tard la veille dans l'émission de Laurent Ruquier « On n'est pas couché » … mais après un très beau premier tour, la Française se fait piéger sur la sortie de la combinaison avec Nice Stephanie (Cardento). Il ne reste que trois candidats à s'élancer et Edwina Tops-Alexander a une belle cartouche à jouer mais elle ne peut éviter une faute dès le troisième obstacle avec Lintea Tequila (Campbell). Manqué. Malin Bayard débute à ce niveau avec son impressionnant H&M Cue Channa 42 (Cardento). Si ces deux tours sont de très bon augure pour la suite de la carrière de la star suédoise après le départ de Tornesch, l'amazone ne prend pas de risque et se contente de signer le double sans-faute. Il n'en reste dès lors plus qu'un : Abdelkebir Ouaddar est au départ avec son fidèle et virevoltant Quickly de Kreisker (Diamant de Sémilly). L'étalon Selle Français placera bel et bien l'une de ses croupades dont lui seul à le secret mais n'évitera surtout pas une incroyable galopade vers le dernier obstacle : 36''40, c'est tout simplement deux secondes de mieux ! A deux jours des 80 ans de son entraîneur Marcel Rozier, Abdelkebir Ouaddar remporte l'une de ses plus belles victoires devant un public qui l'a adopté depuis longtemps. « Je dois bien vous avouer aujourd'hui que j'ai la double nationalité et en tant que Franco-Marocain, je suis évidemment encore plus heureux avec cette victoire. Je tiens à remercier les organisateurs et le public car sans public, il n'y a pas de sport. J'avais confiance dans mon cheval mais nous étions ici face aux meilleurs mondiaux mais une fois de plus, c'est fantastique ce que mon cheval m'a donné aujourd'hui. C'est ma troisième victoire en Grand Prix cinq étoiles même si nous avons également remporté plusieurs Grand Prix d'un moindre niveau et de nombreuses épreuves. Quickly a désormais douze ans et il faut le respecter. Ces derniers temps, nous lui avons demandé beaucoup pour prendre des points pour nous qualifier pour les Jeux Olympiques. Maintenant que ceci est acquis, nous allons changer notre manière de procéder en lui établissant un programme avec quelques concours pour le maintenir en forme dans l'optique de Rio de Janeiro. C'est Marcel (Rozier) qui établira le planning, j'ai entièrement confiance dans sa gestion. J'ai été tellement pris par les médias que je n'ai pas encore eu l'occasion d'avoir le roi du Maroc au téléphone pour lui annoncer la nouvelle mais il doit être fier et je le remercie infiniment pour me permettre de monter ce cheval incroyable. J'ai beau lui demander des choses impossibles, il les réalise toujours. Quickly a un cœur plus grand que lui. A l'écurie, il est adorable, c'est un vrai poney mais une fois qu'il entre en piste, c'est un véritable battant. Cela fait 4 ans que nous nous connaissons et c'est autant de temps de bonheur. » glissera avec un sourire qui fait toujours autant plaisir à voir et une grande disponibilité, Abdelkebir Ouaddar. Derrière, on n'était pas moins heureux pour la cause car si Scott Brash est un grand habitué de la victoire, la seconde place d'Hello Forever est le premier classement significatif pour le cheval à ce niveau de la compétition et de bon augure pour la suite de la saison pour le cavalier qui avait choisi d'aller à Oliva quelques semaines afin de remettre des chevaux en route alors que ses concurrents continuaient à sillonner le monde en grappillant de précieux points pour le ranking. « Rien n'est jamais fini avant le passage d'Abdelkebir ! De plus, je savais que le temps de mon cheval pouvait être battu mais je suis content car il a fait du bon boulot. C'est toujours agréable de venir monter ici car si ce lieu est vraiment magnifique, c'est aussi agréable de ne pas être obligé de se lever à 5 heures du matin pour pouvoir monter ses chevaux avant les épreuves et c'est aussi très agréable de passer un week-end sans avoir fini très tard le soir. Etre numéro un mondial, c'est fantastique mais on ne peut pas y rester éternellement. A un moment, il faut faire un pas en arrière pour pouvoir mieux rebondir. Ici, j'ai pensé que c'était le moment de le faire. Mes chevaux avaient besoin d'un moment de repos alors que d'autres chevaux comme Ursula et Guv'nor reviennent de longues périodes de convalescence dû à des blessures et c'était vraiment important pour moi qu'ils puissent redébuter dans les meilleurs conditions. La tournée à Oliva s'est très bien passée et est de bon augure pour la saison à venir. Mon but a toujours été et restera toujours le bien être de mes chevaux. Nous en avons parlé avec mes propriétaires, nous parlons en fait tous les jours entre nous, ce sont vraiment des gens formidables et nous formons vraiment une grande famille. Simon Delestre mérite sa place de n°1 mondial avec les résultats qu'il a connu ces derniers temps, cela ne fait aucun doute. » glissera le Britannique qui ne laissera néanmoins pas dormir le français sur ses lauriers. Troisième lors de ce Grand Prix, l'Allemand Christian Ahlmann marche lui aussi vers la place de numéro un mondial avec des résultats aussi impressionnants que le piquet de chevaux dont il dispose en ce moment. « Dès la première année, ce concours aura été fantastique et c'est toujours un plaisir de venir ici. Je suis content car c'est une belle prestation d'Epleasure. Il y avait beaucoup de barragistes. Le temps de Kebir était de toute façon imbattable … sauf en enlevant les obstacles! » s'amusera le multi-médaillé allemand.