FR

Quel Homme de Hus : objectif Tokyo !

12 Juin 2019

Quel Homme de Hus restera avec Jérôme Guery.  Le cavalier brabançon a réussi à sécuriser l’étalon Holsteiner qui reste copropriété de Gaëtan Decroix et sa compagne Alice Tréhoust mais qui est désormais acquis pour moitié par Jérôme Guery et Alexander Oancea. Confié à l’origine par Gaëtan Decroix à son ami lorsqu’il a appris une rechute de son cancer qui est aujourd’hui en bonne voie de guérison, l’histoire se transforme aujourd’hui en histoire d’amitié avec un objectif précis : Tokyo 2020 !

 Gaëtan Decroix : « Lorsque Jérôme a accepté de monter Quel Homme à l’annonce de mes ennuis de santé, nous n’avions rien défini. C’était avant tout un dépannage mais la vente a vite été un sujet mis sur la table, comme il était possible que je remonte le cheval une fois que mon physique me le permettrait… puis finalement, le couple qu’il a formé avec Jérôme s’est fait très rapidement. À Mexico, nous avons vécu des émotions qui allaient bien au-delà du simple côté financier et dans la vie, il faut pouvoir vivre aussi ces émotions-là, d’autant que notre relation d’amitié a créé un contexte tout à fait différent. Nous avons donc réfléchi aux différentes possibilités pour continuer à vivre cela ensemble. J’ai toujours été convaincu que le cheval devait faire du grand sport, je l’ai toujours dit et là, il a vraiment trouvé son cavalier et il n’y a plus de raisons que ça change. Nous avions tous la volonté de trouver une solution pour conserver le cheval pour le sport, et vivre le sport et sa carrière de reproduction tout en offrant une chouette qualité de vie à ce grand monsieur qui donne tellement à son entourage et ses cavaliers qu’il fallait aussi faire quelque chose pour lui proposer par la suite une retraite qui sera digne de ce qu’il a donné durant sa carrière. »

Jérôme Guery : « L’an dernier, Quel Homme était en effet déjà venu chez moi mais le contexte était totalement différent. À cette époque, il avait été question que je l’achète ou que je le vende à un client bien précis mais nous ne sommes pas tombés d’accord parce qu’étant amis, je sentais une pression énorme autour de Quel Homme. Sachant que c’est le cheval de cœur de Gaëtan, je ne pouvais pas lui retirer son cheval sans aucune garantie de réussite. Lorsque Gaëtan a malheureusement appris sa rechute, j’ai été là pour l’aider, d’abord avec Cambridge de Hus que nous avons acquis avec Alex, puis avec Quel Homme. Il y a eu rapidement quelque chose qui s’est passé, comme avec chaque cheval avec qui j’ai eu une histoire jusqu’à présent. Il y a un déclic qui se fait très rapidement avec ces chevaux. Après avoir sauté trois épreuves avec Quel Homme, j’ai senti quelque chose de particulier puis il y a eu la victoire dans le Grand Prix du Sunshine Tour la dernière semaine, puis d’emblée directement Mexico. Là, énormément de gens se sont intéressés au cheval d’autant que le cheval était arrivé chez moi pour que je le monte… mais aussi dans un but commercial. Nous avons donc discuté avec Gaëtan… alors que je n’avais aucune envie de laisser partir un cheval de cette envergure-là car je pense n’en avoir jamais monté un pareil tout en sachant qu’il y a de grosses échéances à venir comme les championnats d’Europe et les Jeux Olympiques. Si je veux en faire partie, c’est avec un cheval comme lui ! Maintenant, Gaëtan devait aussi pouvoir rentrer de l’argent. La vente de Celvin que j’avais avec Alex nous a donné plus d’air et de possibilités pour proposer quelque chose à Gaëtan. J’en ai parlé à Alex qui a tout de suite été chaud et motivé par le projet. Pour nous, c’était un investissement conséquent avec de l’argent qui, d’habitude, nous sert plutôt à investir dans de jeunes chevaux dans un but ultime de commercialisation. Ici, c’est tout à fait autre chose. Il fallait aussi qu’Alex soit partant dans ce nouveau projet car ici le but est d’acheter un cheval pour faire du grand sport, pour rester au haut niveau. C’est certain qu’on espère aussi un retour sur notre investissement avec les gains des concours et les saillies, mais ce n’est pas l’objet premier. Gérer la carrière d’un étalon, c’est quelque chose de complètement nouveau pour moi. Depuis Mexico, il y a eu une demande incroyable sur le cheval avec pas moins de soixante saillies vendues sur les derniers mois. Le cheval intéresse de plus en plus les éleveurs. Je pense vraiment qu’il a toutes les qualités dont on a besoin pour un étalon. 

Notre objectif, c’est vivre quelque chose dans le sport entre amis car je suis ami avec Gaëtan et Alex. Faire cela entre trois amis autour d’un cheval qui va nous amener loin et qui nous apporte déjà tellement, c’est une histoire d’amitié autour de notre passion qui est le sport. Je remercie Gaëtan d’avoir accepté notre proposition et je remercie Alex de me soutenir en participant à ce projet. C’est une nouvelle aventure pour nous, nous tous car nos femmes respectives font partie intégrante du projet. L’objectif est clairement les Jeux Olympiques de Tokyo même si pour moi, la carrière d’un cheval ne se résume pas non plus à un seul objectif. Mes objectifs ont toujours été les grands championnats. J’ai eu la chance de pouvoir faire Rio de Janeiro avec Grand Cru vd Rozenberg. C’est une histoire que nous avons vécue avec Alex et qui nous a procuré des émotions incroyables… et quand on a discuté d’investir ensemble dans Quel Homme, on a tout de suite parlé de grands moments comme l’ont été pour nous Rio et Göteborg ! Les championnats restent de vrais objectifs mais il y a aussi une multitude de beaux concours car je pense que c’est un cheval capable de faire des performances dans les plus beaux concours au monde et nous comptons bien vivre plein d’émotions. Il est certain que si nous avons la chance de pouvoir aller à Tokyo, nous irons dans l’objectif d’un podium et pas juste d’une participation car c’est un cheval qui a les capacités de le faire. Je pense que cet objectif ne passe pas directement par une participation aux championnats d’Europe cette année. Je pense que j’ai participé à plusieurs championnats maintenant et que j’ai montré que j’étais capable de le faire. Je sais que ce cheval a toutes les capacités pour faire un super cheval de championnat, pas juste un bon cheval mais vraiment un super cheval de championnat. Nous sommes rentrés dans le cadre pour Rotterdam mais, même si Rotterdam est une étape très importante pour s’y qualifier… mais je sais que j’ai des compatriotes qui sont très très bons aussi. Toute la Belgique est derrière nous pour qu’on se qualifie. J’espère pouvoir prendre déjà un peu d’expérience en championnat en participant à Rotterdam… mais mon objectif est clairement Tokyo. »

Alexander Oancea : « Depuis la vente de Grand Cru, nous avons encore eu de bons chevaux mais nous n’avons plus vécu des émotions aussi intenses qu’avec lui et cela me manque énormément. On ne peut pas imaginer à quel point. Quand Jé a monté Quel Homme au Sunshine, il m’a appelé comme il le fait souvent et il m’a dit que c’était vraiment un bon cheval, puis quand il m’a appelé après le Mexique, ce n’était plus un bon cheval, c’était hors norme. Il m’a dit : « Je pense que Grand Cru était un de mes meilleurs chevaux mais celui-ci, c’est dingue, c’est encore une classe au-dessus ! »  Quand je vois le plaisir de Gaëtan, le plaisir de Jérôme… je me devais de m’associer dans ce projet. Nous n’avons peut-être pas pris une décision directement rationnelle. Nous n’avions jamais imaginé faire des folies avec des chevaux. Notre idée a toujours été -et continue d’être- d’acheter des jeunes chevaux, de les faire évoluer et de les revendre. Nous avons d’ailleurs acheté plusieurs chevaux ces derniers mois, dont le 7 ans Scoopie Z qui est un frère utérin de Tobago Z par Scendix, et nous comptons bien continuer nos investissements dans ce sens mais nous ne pouvions pas passer à côté du « déclic » qu’il y a entre Jérôme et ce cheval. C’est phénoménal. Je veux vraiment revivre ces émotions avec Gaëtan et Jérôme, j’ai vraiment ce rêve de le voir refaire la finale des Jeux Olympiques et je crois que le cheval est vraiment un crack. Je ne pense pas que cela change mes objectifs pour la suite. Je reste quelqu’un de très petit dans le monde du cheval et tout ce que j’ai acquis dans ce milieu, c’est grâce à Jérôme. Son épouse, Patricia, a envie de faire un peu plus d’élevage. Personnellement, j’aime beaucoup cela aussi alors, grâce à Quel Homme et quelques autres étalons que nous avons également ensemble, pourquoi ne pas développer quelque chose même si pour moi, actuellement, le but est de retourner aux Jeux avec Gaëtan et Jérôme et puis c’est tout ! »