FR

Nayel Nassar s'impose à New York !

29 Avril 2019

Le jeune Edward Levy n’aura pas eu de chance avec le tirage au sort. Parti sans repère, le jeune français sera sorti de piste avec une faute mais le meilleur temps qui lui permettra de repartir en seconde manche… où il essaiera de nouveau de donner le meilleur de lui-même… avec une nouvelle faute de Rebecca LS (Rebozzo LS), dommage.

Dommage aussi pour Kent Farrington qui ne sera venu à New York que pour le Grand Prix et aura réussi à se hisser dans la deuxième manche… mais terminera  12è !

Devant, on a pris moins de risques mais on a signé des sans-faute : Darragh Kenny sur Cassini Z (Cassini II), Pius Schwizer sur Cortney Cox (Carlo), Devin Ryan sur Caspar’s Lasino (Caspar) ainsi que Beat Mandli sur Dsarie (Veron) se sont tous placés en ordre utile au cas où…

Mais l’inattendu irlandais Captain Brian Courmane boucle le premier double sans-faute de l’épreuve avec Dino (Vingino).

Ses espoirs seront de courte durée car Olivier Philippaerts réalisera un barrage époustouflant avec H&M Cue Channa (Cardento) et met le temps de référence à 40’’93.

Daniel Bluman attaquera avec Ladriano Z (Lawito) mais ne pourra rien y faire : 41’’95.

Harrie Smolders fait alors son entrée en piste avec Une de Lothain (Conterno Grande), issue de la souche de Florie du Moulin, avec laquelle le hollandais participe à son premier Grand Prix ! Mais le cavalier des écuries Euro Horse sait être prêt pour les grands événements et le montre encore une fois en abaissant encore le temps de référence de plus d’une seconde : 39’’46.

Devant son public Beezie Madden n’a pas le choix, elle sait ce qu’il lui reste à faire avec Breitling LS (Quintero) et elle attaque… mais vient un peu près de l’oxer polonais et la faute ne peut être évitée malgré un bon chrono final de 39’’58, dommage.

Il n’en reste qu’un mais Nayel Nassar aime les Longines Masters et il a déjà remporté vendredi le Speed Challenge avec ce même Lucifer V (Lord Pezi). L’égyptien compte bien tenter de détrôner une autre monture d’Evergate Stables, les écuries de sa compagne Jenifer Gates, de la première place toujours détenue par l’entraîneur de cette dernière, Harrie Smolders. Nayel Nassar attaque plein gaz et tout passe ! C’est son week-end et il remporte à New York sa première victoire à ce niveau !

Le vainqueur du jour pouvait savourer cette belle victoire : « Lucifer est un cheval particulier. Il n’aime pas aller vite à la maison, ni au paddock… mais dès qu’il entre en piste, c’est autre chose. Cela procure un sentiment incroyable. J’ai toujours beaucoup aimé les Longines Masters. Déjà à Los Angeles puis lorsque j’ai eu l’opportunité de venir à Paris... Et maintenant avec cette victoire à New York. J’espère vraiment être de la partie à Lausanne désormais ! Aujourd’hui, c’est certain qu’il y avait une certaine incertitude après sa prestation de vendredi de savoir comment il avait récupéré et dans quel état d’esprit il serait. Le premier tour a été un peu compliqué car il était toujours dans un mode rapide mais lorsqu’il est revenu pour la seconde manche, il sautait encore mieux et là, dès le premier obstacle, je savais que j’avais une chance de gagner ce Grand Prix ! Cela fait près d’un an que je le monte maintenant, nous commençons à bien nous connaître. C’est un cheval qui veut toujours essayer et donner le meilleur. Il est plus rapide que tous les chevaux que j’ai montés jusqu’à présent. Il a sa manière de sauter mais il le fait avec une facilité déconcertante. Il saute avec son cœur et avec lui, vous savez qu’à chaque sortie, vous avez une chance de gagner. »

Harrie Smolders : « Avec Beezie et Nayel derrière moi, je savais que je devais aller très vite car ce sont des cavaliers rapides avec des chevaux très expérimentés. Pour moi, réussir à prendre la tête avec ma jument qui disputait l’un de ses premiers concours cinq étoiles, c’était déjà magnifique. Je pense qu’aujourd’hui, c’est surtout un succès incroyable pour Evergate Stables. Une première et deuxième place dans un Grand Prix cinq étoiles, cela n’arrive pas très souvent. »

Olivier Philippaerts : « J’ai attaqué un peu trop fort dès le départ et je me suis retrouvé avec une distance un peu longue dès le deuxième obstacle. Du coup, j’ai dû un peu ralentir par la suite pour garder un peu de contrôle … je savais donc que mon temps était possible à battre. Néanmoins, je n’ai pas encore sauté beaucoup de Grand Prix cinq étoiles avec ce cheval, je ne peux donc être que satisfait d’autant que Nayel était assez imbattable ce soir. »