FR

Mares of Macha, un projet de juments 5*.

10 avril 2020

Pieter Devos ainsi que ses amis Klaas De Coster et Frederik De Backer se lancent dans un nouveau projet : Mares of Macha !

Il aura fallu trois ans pour regrouper quatorze juments triées sur le volet avant le lancement aujourd’hui de leur site Internet qui vient véritablement débuter leur projet, ajoutant ces dernières semaines des cracks comme Eureka van’t Roosakker, Sancha La Silla ou encore Werly Chin de Muze qui doit encore revenir des États-Unis. Elles sont venues élargir le catalogue composé de Contara (mère de Chacco Blue), Whoopie C (internationale et mère de Tobago Z), Geena van’t Roosakker (international et petite-fille d’Usha), Prima Donna van’t Paradijs (internationale et mère de Venezia d’Ecaussines), Arera C (internationale)…

Klaas De Coster avec Geena van't Roosakker et Goya, petite-fille et fille de Usha van't Roosakker. 

Le numéro 4 mondial, Pieter Devos, revient avec nous sur ce nouveau défi : « J’ai toujours été intéressé par l’élevage et lorsque Klaas m’a parlé de son projet, j’y ai tout de suite adhéré. Entre mon écurie de sport et notre société de fruits, je n’ai pas beaucoup de temps libre… mais se lancer dans des projets qui me tiennent à cœur et en plus avec des amis, cela me fait vibrer. Je pense que depuis plusieurs années, l’élevage belge a réussi à s’imposer comme l’un des meilleurs au monde car il y a des années, nos éleveurs ont été chercher les meilleurs étalons un peu partout alors que d’autres pays sont restés sur leur propre élevage. Ici, je pense que nous allons améliorer l’élevage et aider de nombreux éleveurs car nous avons été chercher le meilleur chez les juments partout dans le monde. Notre objectif était de réunir une génétique exclusive avec des prix réalistes. Je suis très enthousiaste sur ce nouveau projet. Pour nous, il est très important d’être transparents. Tous les embryons de nos juments sont à vendre ! Il n’est pas question d’en garder pour nous quelque part, ni d’en vendre ailleurs que sur notre site. Il s’agit également uniquement d’embryons congelés obtenu par ICSI et certifiés non sexés.

Pour moi, il est très important de respecter les juments qui sont avec nous dans ce projet. Nous avons dès lors nos propres installations en Italie où nos juments peuvent profiter de grands herbages en étant toutes ensemble. Je veux que nos juments soient aussi bien soignées que les chevaux de sport de mon écurie. Nous les récoltons durant 6 mois sur l’année et le reste du temps, elles se reposent. Je ne veux pas faire à la fois du transfert et des récoltes d’ICSI. Elles ont besoin de pouvoir se reposer. Il est fort possible que des juments que je monte actuellement intègrent ce projet dans le futur et je veux le meilleur pour elles et donc cela me semble logique que ça soit aussi le cas pour toutes les juments du projet. Leur bien-être est ma priorité.

Pour ce projet, nous avons énormément travaillé sur le développement de notre site Internet. En quatre ou cinq clics, il est possible de réserver un embryon des meilleures juments avec différentes options. Nous proposons par exemple une garantie « pas de gestation, pas de paiement ». Nous sommes les premiers à proposer cela. Nous nous sommes beaucoup investis dans le site car nous voulions qu’il soit accessible et transparent. Nous pouvons aussi bien vendre juste un embryon congelé qu’assurer tout le suivi. Tout est envisageable. Il est même possible de faire faire un embryon avec l’étalon que l’éleveur désignera, même si pour le moment, nous avons surtout fonctionné avec des étalons reconnus.

Sancha La Silla (Chin Chin x Polydor), aux Jeux Équestres Mondiaux de Caen avec Daniel Bluman, est une fille de la crack de Jan Tops, Sonora La Silla. 

Il nous a fallu du temps pour réunir un tel catalogue de juments, cela fait trois ans que nous travaillons sur ce projet et le présenter aujourd’hui au grand public est un moment important pour nous. Nous avons acheté une grande partie des juments mais nous avons aussi quelques juments de partenaires comme la crack de Daniel Buman, Sancha La Silla, qui vient passer sa retraite avec nous.

Nous n’avons pas non plus décidé du nom de notre projet par hasard. Macha est, dans la mythologie celtique irlandaise, la déesse des chevaux, de la prospérité et de la fertilité. »

Retrouvez le projet : https://maresofmacha.com