Gregory Wathelet, 14 ans plus tard !

05 Novembre 2018

En 2004, Grégory Wathelet remportait son premier Grand Prix du jumping international de Liège avec Lady des Hayettes (Libero H). Depuis, en toute circonstance, il n’a jamais manqué une seule édition mais ce Grand Prix lui a résisté ! Cette édition 2018 restera gravée avec une mention spéciale pour le cavalier liégeois qui aura remporté sa seconde victoire après avoir également remporté la grosse épreuve du samedi et terminé second du petit Grand Prix vendredi … derrière François Mathy jr, un autre liégeois ! 

« Je suis passé plusieurs fois tout près en étant régulièrement au barrage mais ça ne passait jamais. C’est sûr que 14 ans, c’est long … c’est là qu’on voit qu’on ne rajeunit pas. J’avais vraiment envie que cela arrive … mais un Grand Prix dépend de tellement de choses. Particulièrement à Liège, j’ai envie de gagner … pas d’être deuxième ou troisième. L’engouement du public est juste incroyable. Mes deux victoires sont très différentes car la première, j’étais jeune, je n’avais pas de palmarès. Cela a été une joie incroyable mais je n’avais pas le palmarès que j’ai aujourd’hui. Maintenant, les gens viennent pour me voir. La semaine avant le concours, je recevais des mails pour me demander quand était les séances de dédicaces, c’est quelque chose que je trouve toujours incroyable aujourd’hui … même si je dois bien dire que pendant les séances ce week-end, je me suis rappelé que 25 ans plus tôt, j’étais moi aussi dans cette même file pour avoir un autographe de John Whitaker ! Je pense vraiment que ma première victoire, elle était vraiment pour moi. La seconde, elle est vraiment pour le public. J’avais vraiment cette envie de leur offrir, de la partager avec eux car c’est juste incroyable d’avoir tout ce soutien. Hier soir, je suis rentré à la maison heureux … et fatigué car c’est vraiment un week-end très prenant. J’essaie de répondre au maximum de sollicitations que ce soit pour des photos, des autographes car je sais que les gens sont là vraiment pour ça puis il y a des gens qu’on ne voit pas beaucoup durant le reste de l’année avec qui on échange quelques mots mais avec 5 chevaux au concours en plus de mes élèves qui sont aussi ma priorité, cela fait vraiment beaucoup de travail. J’avais préféré faire l’impasse sur l’étape de coupe du monde de Vérone pour garder Nevados en forme pour Liège et aujourd’hui, je ne le regrette vraiment pas. Il a sauté magnifiquement bien tout le week-end. Vendredi, nous partions devant les cavaliers très rapides et j’ai dû prendre de gros risques. J’avais voulu tenter d’enlever une foulée dans la dernière ligne … mais après deux foulées, j’ai vu que ce n’était pas possible … mais c’était trop tard, j’étais trop près pour en remettre une. Je n’ai aucun regret car quand on ne prend pas de risque, on ne gagne pas d’épreuve ! Dimanche, j’ai eu la chance de passer en fin d’épreuve et je n’ai pas été obligé de prendre des risques inconsidérés. Tous les risques que j’ai pris étaient calculés et cela a payé. Je suis aussi ravi de ma victoire de samedi avec Iron Man car c’était plutôt une surprise pour moi. Cela fait déjà 5-6 concours qu’il resaute mais dans de plus petites épreuves. Ici, je voulais le remettre sur la hauteur car mon objectif avec lui est de sauter le Grand Prix des Longines Masters de Paris. Mon plan initial était d’ailleurs de sauter les grosses épreuves vendredi et samedi … mais je le trouvais encore un peu tendre et j’ai donc préféré mettre Nevados dans la grosse mais samedi, dès les premiers sauts au paddock, j’ai senti qu’il était en forme. Cela me fait vraiment plaisir de le retrouver comme cela. Je me suis levé tôt ce matin pour monter Nevados avant son départ pour Doha cet après-midi. Ce week-end restera vraiment particulier pour moi car je pense que l’on fait ce métier pour vivre de tels moments. Avoir la possibilité de partager un moment de bonheur avec autant de monde, c’est magnifique. »

Derrière Grégory Wathelet, relégué à près de trois secondes, Dominique Hendrickx signe son premier grand résultat avec le jeune 8 ans de Gilbert De Roock, ancien champion du monde des 7 ans et fils de l’internationale Coriana vd Klapscheut, Koriano vd Klapscheut (Lord Z). Le brésilien Pedro Junqueira Muylaert et son partenaire qui lui avait permis de remporter le Grand Prix de La Baule 2017 Prince Royal Z Mfs (Prince de Revel) terminent troisième alors que le grand espoir suisse Bryan Balsiger et sa monture sBs Clouzot de Lassus (Ugano Sitte) prennent la 4ème place avec un joli chronomètre mais une faute au barrage.