FR

Début des qualifs pour le candidats étalons en France

19 Mai 2008

Châlons en Champagne lance la saison des concours régionaux aux candidats étalons de 2&3 ans!

30 candidats de deux ans se sont présentés devant le jury.

1 er  : Scoop du Boisdeville – Gladius x Prince du Domaine – 7,44

 

Malgré un manque de chic et un modèle très décousu, Scoop aura montré de très gros réflexes sur les barres qui auront séduit le jury.

2 ème  : Stormy de Sivry – Quite Capitol x Tresor de Cheux – 7,34

 

Chic cheval très puissant, il aura eu du mal à gérer sa grande action sur les barres.

3 ème  : S Agha – Quat'sous x Odin de la Cense – 6.98

4 ème  : Socrate de Corbie – Airborne Montecillo x Firecrest xx – 6.91

 

Très bonne prestation à l'obstacle pour un cheval qui aura montré une bonne technique associée à une bonne bascule même si il pourrait avoir un peu plus de force.

5 ème  : Seven de Clem – Quincy*Quaprice du Bois Margot x Kissovo – 6,74

 

Bonne mention également pour Seven qui aura montré de bons réflexes malgré une technique aléatoire.

Classé seulement 8 ème après de mauvaises notes aux modèles et allures, il ne faudrait pas oublier la prestation de Siwing du Triaval (Bon Ami x Almé) qui aura montré de très bons réflexes et un grand respect des barres. Naisseur et toujours propriétaire du vainqueur, Hubert Hosteau : « Gladius était un étalon monté par François Pelamatti que j'appréciais beaucoup. Il a apporté à la jument sa galopade et son coup de saut en plus de son tempérament car il a un bon caractère. Je suis très heureux pour ma jument car ses premiers produits n'ont pas eu de chance et maintenant je pense qu'elle a plusieurs produits qui vont arriver. Aujourd'hui mon but n'est pas de vendre Scoop mais bien de le garder pour moi monter. Si il est agréé, tant mieux, mais nous n'en sommes pas encore là, il est encore jeune et il y a encore du chemin » explique ce petit éleveur amateur. Beaucoup d'absent, dont malheureusement la plupart des « têtes d'affiches » sur papier, dans les trois ans où seuls 27 candidats se présenteront sur les 37 inscrits.

1 er Rialtot d'en Haut – Le Tot de Sémilly x Quidam de Revel – 7,10

 

Ce joli cheval aura bouclé une bonne prestation avec de bons réflexes sur les barres.

2 ème  : Rustic du Taillis – Lucciano *HN x Bacus de Nouvolieu – 7.04

 

Ce cheval aura alterné quelques très bons sauts à du nettement moins bien.

3 ème  : Regent de Monstec : Quincy*Quaprice du Bois Margot x Le Tot de Sémilly – 6,78

 

Très joli cheval doté d'un modèle magnifique, ce frère utérin de la jument internationale Komédie de Montsec aura bouclé une bonne prestation sans éclat particulier mais beaucoup de souplesse.

4 ème  ex-aequo : Rimsky des Dames – Banboula du Thot x Eclair des Bois -6,78

 

Très gros sauteur, il aura compensé son manque de chic par des réflexes hallucinant et un très grand respect de la barre.

Sa mère est une sœur utérine de Mozart des Hayettes.

4 ème  ex-aequo : Racine du Madras – Lucianno *HN x Paladin des Ifs – 6,78

Ci-dessous, Ranakpur (Parco x Talent Platiere) aura été le mieux noté lors du saut en liberté où il aura montré de la force, des réflexes et une très bonne bascule. Mais son modèle et ses allures , très marqué par son père, ne lui aura finalement valu que la 12ème place finale.

Mathias Moreau, propriétaire des écuries de la Colme , se réjouit d'avoir retrouvé son vainqueur : « C'est un cheval qui est né chez Marc Detoeuf dans le Boulonnais. J'avais connu ce poulain et j'ai eu la chance qu'un de mes amis le retrouve vers 8-9 mois dans une pâture en Belgique. Je venais d'ouvrir mon centre équestre et comme nous avions beaucoup de boxes et de places en pâture, j'ai commencé mon élevage. Au départ, j'ai récupéré ce cheval en espérant qu'il me relancerait un petit peu dans la compétition. Il vient d'une souche qui vient de chez Jean Noel Poiteau et que j'affectionne particulièrement. C'est la première fois que je participe avec un cheval au championnat des 3 ans, alors cette victoire vient vraiment comme une belle récompense. C'est aussi une belle expérience pour moi qui m'aura permis de voir comment les autres présentaient leurs chevaux ainsi que le saut en liberté et la manière dont certains prépare leurs chevaux. Je pense que cela me sera très utile pour la suite. »  

Au début de cette nouvelle tournée de France des candidats étalons de 2 & 3 ans, Yves Chauvin, président de l'ANSF, fait le point.

Durant cet hiver, l'ANSF a fait le tour de la plupart des expertises européennes. Qu'en avez-vous retenu ?

J'ai retenu surtout comme expérience que quelque part, nous n'étions plus dans un système de sélection mais bien dans un phénomène de show – vente. C'est évidemment très positif pour les éleveurs qui arrivent à vendre. Ces studbooks ont réussi à créer un système d'organisation qui fait que les gens viennent du monde entier pour acheter. Par contre, par rapport à la sélection, je pense que ce n'est pas du tout comme cela que l'on doit faire demain pour améliorer nos chevaux car les shows que j'ai vu était se faisaient avec des chevaux de deux ans très préparés pour ces manifestations et pour ces ventes mais je pense qu'un élevage ne peut pas se baser sur ce seul saut en liberté qui a l'air de faire fois dans beaucoup de studbooks en Europe aujourd'hui.

 

Quelle va être l'adaptation française à ces expertises ?

Je pense que notre culture et notre manière d'élever est fort différente. Si vous allez dans le nord, les chevaux sont obligés de rester « à l'abris » durant une période plus longue et ensuite la mise en marché est faite beaucoup plus tôt, à l'âge de deux ans et demi.

En France, on a voulu pendant ces dernières années essayer de copier ces systèmes et je pense que sur le fond, c'est une énorme erreur. Nous devons garder notre spécificité qui est d'avoir des chevaux élevés de manière plus naturelle, ceci parce que le climat est différent, parce que notre culture est différente et que nous sommes différent tout simplement. Ensuite, je pense qu'il faut présenter nos chevaux avec nos points fort, c'est-à-dire à l'âge de trois ans et demi et les présenter monter avec des petits exercices. On va beaucoup plus les mettre en valeur car autant on sait très bien préparé un cheval au saut en liberté, autant c'est beaucoup plus difficile de le faire sur un trois ans monté et de plus, on approche une certaine vérité. Le testage que nous avons réalisé cet hiver nous a apporté énormément d'information. C'est vrai que le fait d'avoir réussi à avoir des cavaliers comme Eric Navet, Bruno Rocuet, Jacques Bonnet … a rapproché le monde de l'élevage des cavaliers. De plus, il semblerait que ce soit positif aujourd'hui puisque les 3-4 étalons qui soient vraiment sortis du lot semblent montré aujourd'hui sur les terrains de concours avoir un inné assez important. Maintenant, il faut resté très humble dans les chevaux et c'est tout ce que nous pouvons dire aujourd'hui.

Avec ces concours régionaux, la finale de St Lô en plus de ce testage, n'est ce pas un peu éprouvant pour des chevaux de trois ?

 

Je ne pense pas. Lors du concours régional, nous avons à faire avec des bébés qui ne sont pas du tout préparé de la même manière qu'au mois d'octobre. Je dirai que c'est une défrichage national puisqu'il s'effectue en six lieux différents et que l'on élève aujourd'hui de bons Selle Français dans toutes les régions de France, même si le berceau de race reste toujours de manière importante en Normandie par rapport au nombre de juments. Je pense que justement les chevaux, que nous voyons aujourd'hui, prouvent qu'ils n'ont pas subit une préparation intense contrairement à ce que l'on peut voir dans les pays d'Europe du nord et que l'on peut les voir d'une manière assez naturelle. Le testage s'est quant à lui effectuer sur deux jours et les chevaux ont été regardé à peu près une heure chacun par les cavaliers et de l'avis unanime cela n'a pas été fatiguant du tout puisqu'ils voulaient absolument voir les chevaux dans leur état naturel justement pour voir cet inné. Quant au fait d'avoir une sélection en octobre où on leur demande de sauter en liberté, où on les fait sauter un peu monter n'a pas l'air de les avoir fatigué du tout.

Rastignac de Terlong (Larino x Jalisco B)

On peut par contre s'étonner en regardant le catalogue aujourd'hui de trouver très peu de produits de jeunes étalons SF. Est-ce que c'est un problème à vos yeux ?

Ce qui est très difficile, c'est que l'on voit aujourd'hui les chevaux issus des modes d'il y a 4 ans. Pendant des années, on est resté très franco-français puis un jour, l'ancienne équipe de l'ANSF a ouvert nos frontières et systématiquement, avec nos esprits français et rebelle, on ne supporte pas trop que l'on nous dise ce que l'on doit faire ou pas faire et l'on s'est précipité sur ces chevaux étrangers.

Rkomic de Pléville est issu de la première génératon de Néo d'Aunou, l'un des rares jeunes étalons représentés.

On voit aujourd'hui les premières générations de ces croisements et très objectivement, je pense qu'il faudra encore un peu de temps aux éleveurs français pour se rendre compte que l'herbe n'est pas toujours plus verte dans le pays d'à côté par rapport à ce que l'on a nous-même. C'est pour cela aussi que le guide que l'on a sorti cette année qui donne une appréciation objective sans être basé sur le côté mercantile que l'on peut connaître est fait pour donner un maximum d'informations objectives aux éleveurs … ensuite, ce sont aux éleveurs de choisir le type de cheval qu'ils veulent produire. Je ne voudrais pas que l'on ait un règlement très strict et très fermé comme cela se voit dans certains pays européens avec une apparence d'ouverture. Je crois plus dans les vertus de l'éducation en apportant des informations aux éleveurs que dans les vertus d'un règlement d'obligation d'autant plus qu'aujourd'hui avec les règles européennes en vigueur, on ne peut plus considérer que l'on est dans un pays fermé comme dans certain Lands qui existent en Allemagne.

Résultats des 2 ans - Résultats des 3 ans